mercredi 08 Sep .21

La data-driven design

Le processus de conception est souvent considéré comme un art, et l’intuition est généralement la voie à suivre. Malheureusement, les designers ne peuvent pas lire dans l’esprit des utilisateurs. C’est là que le data-driven design (ou conception pilotée par les données) peut être utile. Cette approche de data-driven design permet de créer un design centré sur l’utilisateur et une meilleure expérience utilisateur globale. Cependant, il y a encore beaucoup de confusion à ce sujet et un manque de compréhension global de son importance. Pour vous aider, nous avons préparé cet article pour vous expliquer ce qu’est exactement le data-driven design et en quoi il est indispensable.

Qu’est-ce que la data-driven design ?

La data-driven design est la manière de concevoir quelque chose en s’appuyant sur des données. Il s’agit d’un processus de développement ou d’amélioration d’un produit basé sur des éléments que l’on peut mesurer. Les concepteurs qui ignorent les données et se fient uniquement à leur instinct risquent de perdre du temps et de l’argent en créant des solutions inefficaces. De nombreux concepteurs souffrent de l’effet de faux consensus : ils projettent leurs comportements et leurs réactions sur les utilisateurs et prennent des décisions en fonction de leurs propres pensées et expériences.

Si tous les designers ont des hypothèses et des suppositions sur les solutions qui fonctionneront pour leurs utilisateurs, chaque hypothèse doit être validée. Les données peuvent en dire long sur le comportement des utilisateurs : leurs préférences, ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, la façon dont ils interagissent avec les produits numériques et les appareils qu’ils utilisent etc. voilà pourquoi il est indispensable de les utiliser.

Pourquoi la data-driven design est-il si important ?

Même les meilleurs designers au monde ne peuvent pas prédire exactement ce que veulent les utilisateurs ; nous sommes rarement (voire jamais) le public cible. Apprendre ce qui fait tiquer vos utilisateurs et s’assurer que votre produit répond à leurs besoins est primordial pour son succès. La collecte et l’utilisation de données nous permettent de prendre des décisions éclairées sur l’ensemble du processus de conception. Lorsque vous comprenez les besoins, les souhaits et les désirs de vos utilisateurs, vous allez au-delà de vos hypothèses et comprenez comment créer un produit qui fonctionne, vraiment !

Démarrer le processus de data-driven design

Nous avons expliqué ce qu’est la data-driven design et pourquoi elle est essentielle dans le monde d’aujourd’hui. Cependant, nous n’avons pas encore abordé le sujet du démarrage de ce processus de data-driven design.

Assurer l’accès aux données

Avant tout, les personnes clés devront avoir accès aux données pour que ce processus fonctionne. Dans les grandes entreprises, le flux d’informations entre les services est souvent limité. Or, cela peut constituer un véritable frein à la mise en œuvre de ce nouveau processus.

L’idée selon laquelle les datas specialists s’occupent des données quantitatives, tandis que les designers UX s’occupent de l’expérience utilisateur, est dépassée. Petit à petit, ces frontières s’estompent. Les designers doivent également avoir accès aux données quantitatives, notamment celles qui caractérisent le comportement des utilisateurs. Bien entendu, ils ont besoin que ces données soient représentées de manière compréhensible, et pas seulement sous forme de données brutes. Discutez avec votre équipe et décidez comment vous allez partager ces informations au sein de votre entreprise, entre les différentes parties prenantes. Réfléchissez à qui doit savoir quoi, comment vous allez structurer l’ensemble du processus et quels outils vous allez utiliser. Veillez à ce que l’acquisition de toutes les informations nécessaires soit aussi facile que possible, pour tous.

Fixez des objectifs clairs et réalistes

Avant de commencer à collecter les données, vous devez savoir ce que vous voulez accomplir. Il est nécessaire de définir vos objectifs aussi clairement que possible pour mettre en œuvre efficacement cette approche centrée sur les données.

Voulez-vous créer un produit entièrement nouveau ou simplement modifier un produit existant et en créer une nouvelle itération ? Le processus de collecte des données sera différent dans ces deux scénarios. Assurez-vous également que vos objectifs soient réalistes. Outre les données, d’autres facteurs importants doivent influencer vos décisions, comme le coût, le temps et la faisabilité.

Vous pouvez prendre en compte ces variables et vous demander si une refonte est un choix pratique dans cette situation précise ? Parfois, il est préférable de se contenter de simplement modifier le produit existant.

Créer une ou plusieurs hypothèses

Une fois que vous savez pourquoi vous recueillez les données, vous pouvez vous concentrer sur la création d’une hypothèse. Les hypothèses sont utilisées dans les expériences scientifiques, mais les mêmes principes s’appliquent en UX. Ne confondez pas une hypothèse avec une théorie. Une hypothèse s’apparente davantage à une supposition prédictive, tandis qu’une théorie est un ensemble de connaissances étayées par des données qui expliquent des phénomènes.

Voici un exemple d’hypothèse d’une expérience UX :

« Si les éléments contrastés attirent l’attention, alors le fait de donner au CTA une couleur contrastant avec son background augmentera les conversions, car il sera plus remarqué par les visiteurs de notre page. »

Une hypothèse comme celle-ci serait un excellent point de départ pour une expérience UX. Vous pourriez effectuer un test A/B sur plusieurs modèles, l’un avec un bouton CTA très contrasté et l’autre avec un CTA moins contrasté. Les chiffres vous montreront dans quelle direction aller.

Choisir une stratégie de data-driven design

Puisque vous disposez des lignes directrices pour créer une hypothèse, la question est : comment choisir ce que vous allez tester ? Par où commencer ?

Tester tout ce qui peut l’être n’est pas une bonne idée. Il y a de fortes chances que les résultats ne suggèrent pas de changements significatifs. Pire encore, vous risquez de perdre votre crédibilité aux yeux des décideurs. Et de ce fait, il pourrait être difficile d’obtenir le feu vert pour d’autres tests.

La bonne nouvelle est que vous disposez déjà de certaines données sur le comportement de vos clients. C’est un bon début. Il sera beaucoup plus facile d’introduire un processus de data-driven design plus sophistiqué dans votre prise de décision. Vous pouvez commencer à appliquer les techniques dont vous disposez. Après vous y être habitué et avoir exploité les données disponibles à votre porte, commencez à réfléchir à d’autres méthodes de collecte de données.

Apprenez à connaître vos clients, grâce aux données

Il existe plusieurs approches à essayer :

La première approche est excellente si vous n’êtes pas sûr du profil de votre client idéal (ICP). Vous pouvez utiliser les données pour mieux connaître vos clients. Checkez les données sur les pages visitées et les flux comportementaux globaux pour comprendre leurs actions sur votre site. Analysez les données démographiques et d’audience pour obtenir une vue encore plus détaillée de vos clients. À l’aide de ces données, vous pouvez commencer à chercher la confirmation ou la réfutation de vos hypothèses. Obtenez plus d’informations sur les personnes qui utilisent votre produit, comment elles l’utilisent et pourquoi, grâce à des enquêtes et des entretiens avec les clients. Analysez ces nouvelles informations et créez vos buyer personas.

Maintenant que vous avez vos personas, effectuez des tests utilisateurs. Obtenez un retour de leur part au cours de la première phase de développement. Faites participer ces utilisateurs à des bêta tests afin de trouver tous les problèmes rencontrés avant le lancement. Au fur et à mesure que vous développez votre produit ou votre site Web, revenez vers ces utilisateurs pour obtenir un précieux retour d’information.

Soyez patient

Obtenir des données ne suffit pas. La patience est également la clé pour un data-driven design pleinement fonctionnel. Après avoir analysé vos données et procédé aux ajustements nécessaires, vous devez attendre et observer. C’est à ce moment-là qu’un autre défi se présente. Les gens ont tendance à essayer de tout comprendre et de tout catégoriser aussi vite que possible.

Il est important de surveiller les effets que vos changements sur le design ont eu sur les clients. Cependant, n’oubliez pas qu’il y a toujours une période d’ajustement. Si vous modifiez le design d’un site Web ou l‘interface d’une application, il faudra un certain temps aux utilisateurs pour réapprendre à s’en servir et s’y habituer.

Que vous constatiez des effets positifs ou négatifs dès le début, ne vous précipitez pas car vous n’avez peut-être pas encore une vue d’ensemble. Lorsque l’engouement initial pour un nouveau design est passé, les utilisateurs peuvent se rendre compte qu’il n’est pas si fonctionnel que cela, ce qui affecte leur utilisation. À l’inverse, après un changement impopulaire, les clients pourraient en voir les avantages et le trouver réellement utile au fil du temps. L’important est donc la patience !

 

Un projet web ? Parlons-en ! Audit gratuit
CONTINUEZ SUR LE SUJETLes articles dans la même catégorie
mercredi 01 Sep .2021

Un prototype est un modèle général de site Web (ou d’application) qui visualise la disposition de tous les éléments et fonctionnalités. Il permet d’illustrer tous les concepts de manière concrète et de procéder à des ajustements avec un minimum de coûts et d’efforts.

jeudi 08 Juil .2021

Les scripts bloquants sont des portions de code présents dans les fichiers d’un site Web, généralement CSS et JavaScript, qui empêchent le chargement rapide d’une page Web.