vendredi 12 Oct .18

Fermeture de Google+ : retour sur les réseaux sociaux disparus et oubliés du web

En général, l’être humain éprouve le besoin viscéral d’interactions sociales. Par ailleurs, il a toujours cherché à entrer en contact avec autrui. Le développement d’Internet permet de faire tomber les barrières et les réseaux sociaux annulent les frontières. Nous faisons tous partie d’un grand village virtuel. Toutefois, tous les réseaux sociaux n’ont pas eu le même impact. Si certains battent des records de fréquentation, d’autres peinent à émerger. Retour sur les pires échecs des communautés sur le web.

Pourquoi un tel engouement pour les réseaux sociaux ?

Selon le rapport digital 2018 publié par We Are Social et Hootsuite, pour la seule année 2017, plus de 250 millions de nouveaux utilisateurs ont intégré la toile. Actuellement, nous sommes près de 4 milliards d’internautes.

Un peu moins de 3,2 milliards sont actifs les réseaux sociaux sur Internet et à chaque seconde, 11 nouveaux usagers entrent dans la danse. En France, sur plus de 57 millions d’internautes, 38 millions sont actifs sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux permettent de mettre en relation famille, amis, collègues, associés, connaissances lointaines. Cependant, ils ouvrent aussi la voie à de nouvelles relations : les amis de mes amis deviennent mes amis.

Les réseaux sociaux favorisent le dialogue, mais également la communication d’informations par le biais de messages, commentaires, photos, vidéos, etc., à toute heure et de façon quasi gratuite. Par ailleurs, ils facilitent les retours : les actualités sont vite partagées, les opinions sont rapidement émises, et ce, quel que soit le sujet (actualités, faits divers, nouveau produit…).

Sur les réseaux sociaux, il est possible de partager des détails de sa vie personnelle, son quotidien, ses centres d’intérêt… Toutefois, ils permettent aussi de tisser des liens professionnels, voire de déboucher sur des entretiens (virtuels ou réels). Faire connaître son entreprise à une plus grande échelle est également plus facile. Pour les marques, les réseaux sociaux sont incontournables pour entretenir le contact avec leurs fans.

Des réseaux sociaux pour tous les goûts

Parce qu’ils permettent de tout partager, les internautes investissent les réseaux sociaux dits « généralistes », comme Facebook, Instagram, Twitter, SnapchatTumblr… Cependant, il existe aussi des communautés spécifiques aux centres d’intérêt et besoins des internautes. On trouve ainsi des réseaux sociaux :

  • À vocation professionnelle (LinkedIn, Viadeo…)
  • Avec appels vocaux (WhatsApp, Skype…)
  • De partage de photos (Pinterest, Path…) ou de vidéos (YouTube, Dailymotion…)
  • Spécialisés dans les rencontres (Badoo, Twoo…)
  • « De niche », comme Flixster pour les passionnés de films, Crokes pour les écrivains, CaringBridge pour soutenir les personnes malades ou endeuillées, etc.
  • Pour créer un monde virtuel avec avatar (Habbo)…

Le succès de certains réseaux sociaux s’explique par différents facteurs et circonstances.

Facebook, toujours indétrônable

Par exemple, Facebook est né parce que Mark Zuckerberg a su profiter de l’engouement que son site « Facemash » avait provoqué. Ensuite, la communauté s’est adaptée aux usages de leurs utilisateurs en se dotant d’autres fonctionnalités. Ce succès peut être nuancé : en avril 2018, le centre de recherche Pew révélait que seuls 10 % des Américains de 13 à 17 ans interrogés utilisaient souvent Facebook. Néanmoins, d’après le rapport de We Are Social et Hootsuite cité plus haut, le réseau ne désemplit pas et a atteint cette année le nombre record de 2,2 milliards d’utilisateurs actifs. Après le rachat d’Instagram et de WhatsApp, il est désormais en mesure d’atteindre nombre d’utilisateurs qui n’utilisent pas ou plus Facebook.

Pinterest draine un maximum d’internautes en misant sur sa gratuité et son originalité : la plateforme se définit comme un espace de détente, où l’on partage ses centres d’intérêt et des images “inspirantes” comme l’on épinglerait ses photos préférées sur son frigidaire. Cependant, comme 75 % des contenus proviennent de marques commerciales, Pinterest survit grâce à son pouvoir prescripteur.

Instagram séduit par sa praticité : un appareil mobile menu d’appareil photo suffit. Avec des hashtags bien choisis, les photos peuvent rapidement dépasser le cercle d’amis de l’utilisateur et être visionnées par un grand nombre de personnes. Ce n’est pas un hasard si Instagram est le réseau préféré des influenceurs !

Les oubliés et les échecs parmi les réseaux sociaux

À l’inverse, certains réseaux sociaux ont échoué sur les rivages de l’insuccès.

Créés en France, Viadeo ou Copains d’avant ont capté l’attention des internautes de l’Hexagone. Cependant, leur succès s’est vite émoussé lorsque leurs concurrents étrangers ont traduit leurs sites en français. Malgré son entrée en bourse en 2014, Viadeo se voit prononcer un redressement judiciaire en 2016. Le réseau a été concurrencé par LinkedIn et son modèle économique s’est révélé bancal. En effet, Viadéo était payant, contrairement à LinkedIn qui reste gratuit pour les utilisateurs. Seules les entreprises qui recrutent via la plateforme doivent débourser des frais.

Pour Copains d’avant, le cercle des utilisateurs a brusquement rétréci. Les internautes ont déserté la communauté dès qu’il est devenu possible de retrouver d’anciennes connaissances aussi facilement sur Facebook.

Le respect des données personnelles, un argument peu vendeur ?

Diaspora se voulaient un Facebook plus respectueux des données personnelles, en misant sur un hébergement décentralisé grâce à un logiciel libre. Cependant, le public n’est pas au rendez-vous, encore moins depuis le décès prématuré d’un de ses concepteurs en 2011. En 2014, l’application a en outre été dénoncée comme servant à la promotion de groupes terroristes.

En 2008, Natasha Dedis créait Unthink pour s’insurger contre les conditions d’utilisation de Facebook et proposer une alternative plus respectueuse de la vie privée. Cependant, depuis avril 2014, il ne reste plus sur la page qu’une mention énigmatique : « Unthink, le futur lieu de quelque chose d’assez cool »…

Né en 2010, Path ambitionnait de préserver les usagers, en n’étant accessible que sur smartphone, en n’autorisant que 150 « amis » et en promettant de ne pas vendre les données de ses membres aux publicitaires. Toutefois, selon les autorités américaines, lesdites données ne sont pas restées aussi confidentielles que promis. Le réseau perd sa notoriété, jusqu’à l’annonce de sa fermeture programmée pour le 18 octobre 2018.

App.net se voulait être une alternative à Twitter. Elle proposait entre autres l’absence de publicité. Seuls les utilisateurs financeraient la plateforme. À la longue toutefois, les renouvellements ne suffisent plus. Le 14 mars 2017, l’application est fermée.

Des échecs cuisants mêmes chez les « grands »

Lancé en 2011, So.cl de Microsoft mixait les concepts de Facebook, Pinterest et Twitter, et permettait la traduction automatique des posts. Toutefois, le 15 mars 2017, le réseau social a été fermé, probablement en raison d’un faible taux de fréquentation. Microsoft n’a pas communiqué de raison officielle.

Créé en 2003, Myspace devait réunir les amateurs de musique. En 2005, il figurait parmi les 5 sites les plus consultés du web. Cependant, lorsque le réseau a été concurrencé par Facebook, il s’est éparpillé en tentant de se diversifier. Depuis sa formule « new Myspace » lancée en 2013, il connaît un léger regain d’intérêt. Néanmoins, la fréquentation du site reste sans commune mesure avec ce qu’elle était auparavant… En 2018, il compterait moins de 20 millions d’utilisateurs actifs.

Enfin, en octobre 2018, Google a annoncé la fermeture de Google+ pour août 2019, après la découverte d’une importante faille de sécurité. Le réseau du géant du web n’avait jamais réellement trouvé son public et l’annonce a été accueillie dans une relative indifférence.

Certains réseaux sociaux comme Facebook, Pinterest, etc. ont réussi à garder le cap en s’adaptant au public et en choisissant un meilleur modèle économique. D’autres ont sombré dans l’oubli. Certains semblent avoir été dépassés par les événements…

A votre avis, les succès actuels résisteront-ils au temps qui passe et à de nouveaux arrivants ?

CONTINUEZ SUR LE SUJETLes articles dans la même catégorie
vendredi 14 Sep .2018

Pour promouvoir son activité, rien de tel que de mettre en place une stratégie de réseau sociaux. Mais communiquer sur les réseaux sociaux n’est pas aussi facile que l’on pense. Il faut se poser les bonnes questions et savoir où diriger son attention.