mercredi 08 Juin .22

Sécurité web : comment faire face aux attaques DDoS ?

Securité-Web_Attaque-DDoS

Les attaques DDoS peuvent être catastrophiques pour toute entreprise, organisation ou institution. Les cyberattaques par déni de service distribué (DDoS) peuvent contraindre une entreprise à des temps d’arrêt pouvant aller jusqu’à 12 heures. En 2016, l’institut Ponemon a constaté que le coût moyen d’une victime s’élève à plus de 740 000 dollars pour une entreprise. Certaines statistiques estiment même qu’une entreprise peut perdre jusqu’à 350 000 dollars par heure d’arrêt ; étant donné qu’une attaque DDoS peut immobiliser une entreprise pendant des heures, elle peut entraîner d’immenses pertes de revenus. Aucune entreprise ne peut se permettre de ne PAS être préparée à une attaque aussi impactante. C’est pour cela que nous vous avons préparé un article recensant les meilleurs pratiques pour vous protéger le plus efficacement possible contre les attaques DDoS.

Qu’est-ce qu’une attaque DDoS ?

Une attaque par déni de service distribué (DDoS) fonctionne comme son nom l’indique ; il s’agit d’une forme de cyberattaque qui perturbe la connectivité ou les services réseau afin de priver les utilisateurs de service. Les attaques font généralement appel à des outils, tels qu’un robot, qui submergent le réseau de signaux répétés jusqu’à ce qu’il ne puisse plus traiter les véritables demandes des utilisateurs.

Les pirates ciblent fréquemment les services critiques, tels que les services web et les plates-formes, qui sont souvent utilisés par les grandes entreprises, les banques, les gouvernements et les établissements d’enseignement. Il existe plusieurs formes d’attaques DDoS, notamment les attaques volumétriques, les attaques par couche d’amplification et les attaques par protocole. Bien qu’elles diffèrent dans la manière dont elles infligent les dommages, ces trois approches peuvent attaquer une victime sur plusieurs fronts pour submerger complètement son infrastructure et ses applications.

Que se passe-t-il pendant une attaque DDoS ?

Les cybercriminels effectuent leurs attaques DDoS en envoyant un code malveillant à des centaines, voire des milliers d’ordinateurs, en demandant à chacun d’entre eux d’envoyer des requêtes à une seule entreprise. Pour ce faire, ils utilisent généralement des outils tels qu’un botnet. Le botnet peut être un réseau d’ordinateurs privés infectés par un logiciel malveillant qui est contrôlé en tant que groupe, à l’insu de chaque propriétaire individuel.

6 bonnes pratiques pour prévenir les attaques DDoS

Maintenant que vous en savez davantage sur les attaques DDoS, voyons ensemble comment les éviter :

#1 Protection DDoS multicouche

Auparavant, les attaques DDoS étaient principalement de niveau 3 ou 4 – des attaques volumétriques qui attaquaient les couches réseau ou transport. Aujourd’hui, les attaques DDoS sont de plusieurs types et chaque type cible une couche différente (couche réseau, couche transport, couche session, couche application) ou une combinaison de couches. Vous devez donc adopter une approche intelligente et multicouche de la détection, de l’atténuation et de la protection contre les attaques DDoS. En d’autres termes, votre solution d’atténuation des attaques DDoS doit vous offrir plusieurs couches de protection contre tous les types d’attaques DDoS, et pas seulement les attaques volumétriques.

2. Détection précoce et profilage continu du trafic et des paquets

La détection précoce est indispensable lorsqu’il s’agit de prévenir les attaques DDoS. Il y a plusieurs façons de procéder, mais l’une des plus importantes consiste à surveiller en permanence le trafic, les requêtes et les paquets de données du site Web afin de comprendre les modèles, la nature, etc. et de bloquer le trafic, les requêtes et les charges utiles malveillants.

 

Un WAF (Web Application Firewall) intelligent, géré et complet, associé à un scanner automatisé, à des règles et des flux de travail personnalisés et à des analyses de sécurité, vous permettra de garder une longueur d’avance sur les pirates. Lorsqu’un WAF est placé au périmètre du réseau, il s’assure que toutes les requêtes passent par lui. Sur la base des règles personnalisées que les experts en sécurité certifiés conçoivent et règlent, il autorise, bloque, conteste ou signale les demandes. Sur la base des analyses, les experts surveillent et profilent en permanence le trafic et les paquets de données, et améliorent ainsi la sécurité pour prévenir les attaques DDoS.

3. Réduire l’exposition de la surface d’attaque

En réduisant la surface exposée aux attaques, vous minimisez essentiellement la portée et les options dont ils disposent pour orchestrer des attaques DDoS. Protégez donc vos actifs critiques, vos applications et autres ressources, vos ports, vos protocoles, vos serveurs et autres points d’entrée contre une exposition directe aux pirates. Il existe un certain nombre de stratégies qui peuvent être utilisées pour minimiser l’exposition de la surface d’attaque :

  • L’onboarding sur un service CDN couplé à un WAF placé à la périphérie du réseau limitera l’accès direct aux ressources des serveurs et des applications. Tout le contenu est mis en cache et stocké dans des serveurs de mise en cache répartis dans le monde entier et les demandes ne sont traitées qu’à partir de ces serveurs. Les demandes de contenu non mis en cache doivent passer par le WAF qui filtre les mauvaises demandes.
  • L’utilisation d’équilibreurs de charge pour protéger les serveurs web et les ressources informatiques en les plaçant derrière lui.
  • Maintenir la propreté de l’application ou du site Web en supprimant les services non liés ou non pertinents, les fonctionnalités inutiles, les systèmes ou processus existants, etc. qui sont souvent utilisés par les attaquants comme points d’entrée.

4. Renforcer l’architecture du réseau

Une architecture réseau robuste et résiliente est essentielle pour prévenir les attaques DDoS volumétriques/au niveau du réseau. Vous devez fortifier l’architecture de votre réseau de manière à ce qu’elle soit capable de gérer tout pic de trafic ou toute surtension sans temps d’arrêt, panne ou interruption de service.

L’achat de plus de bande passante est souvent suggéré comme une option. Cependant, ce n’est pas une solution efficace. L’utilisation d’un service CDN vous permet de tirer parti du réseau mondialement dispersé et de mettre en place des ressources redondantes, capables de faire face à des pics soudains de trafic volumétrique.

5. Comprendre les signaux d’alerte

Les attaques DDoS comportent certains symptômes. Parmi les symptômes courants d’une attaque DDoS, citons une connectivité irrégulière sur l’intranet, la fermeture intermittente de sites Web et la déconnexion d’Internet. Cependant, le problème est que les signes d’alerte sont très similaires à d’autres problèmes que vous pouvez rencontrer avec votre système. Par exemple, des virus et une connexion Internet lente.

Si ces problèmes semblent plus graves et prolongés, il est probable que votre réseau subisse une attaque DDoS et vous devez prendre les mesures de prévention appropriées.

 

6. Une solution de sécurité complète, pas seulement la prévention des attaques DDoS

La mise en place d’un plan de prévention des attaques DDoS et d’un plan d’intervention en cas d’incident est cruciale, mais elle n’est pas suffisante. Si votre application ou votre site Web présente des failles et des faiblesses en matière de sécurité, les pirates disposeront de passerelles pour orchestrer leurs attaques.

Votre solution de sécurité doit être globale et intelligente et offrir une protection instantanée et permanente. Elle doit être conçue sur mesure avec une précision chirurgicale et donner accès à des experts en sécurité certifiés qui l’ajustent en permanence pour que votre site web/application soit toujours disponible.

Comment arrêter une attaque DDoS ?

La réponse évidente est de les bloquer, mais comment faire exactement ? Voici une liste d’éléments à prendre en compte pour prévenir ou arrêter une attaque DDoS :

  • Élaborez une liste complète des actifs que vous devez mettre en œuvre pour assurer une identification et une prévention DDoS appropriées. L’utilisation d’outils de filtrage permettra également de s’assurer que les composants matériels/logiciels sont configurés correctement.
  • Élaborez un plan d’intervention. La définition des responsabilités des principaux membres de l’équipe garantira une réaction organisée en cas d’attaque.
  • Assurez-vous que tous les membres de votre équipe savent exactement qui contacter si l’attaque dépasse vos capacités, en définissant des méthodes ou des solutions alternatives.
  • Développez un flux de communication avec votre clientèle pour vous assurer qu’elle est consciente de toute dégradation potentielle des performances résultant d’une attaque.
Un projet web ? Parlons-en ! Audit gratuit
CONTINUEZ SUR LE SUJETLes articles dans la même catégorie
Material-design
mercredi 29 Juin .2022

Le Material Design a été créé pour offrir une expérience utilisateur unifiée sur divers appareils. Dans cet article, nous allons définir précisément ce qu’est Material Design et voir de quelle manière il est utilisé.

Un-Webhook-c-est-quoi
mercredi 22 Juin .2022

Dans cet article, nous allons nous intéresser aux webhooks, l’un des nombreux moyens de faciliter la communication entre les services en ligne. À la fin de cet article, vous comprendrez parfaitement ce que sont les webhooks, comment ils fonctionnent et quand les utiliser.

Le Web 3.0 Définition-caractéristiques
mercredi 01 Juin .2022

Imaginez un nouveau type d’Internet. Un internet où le contenu consommé est plus adapté à vous que jamais. Nous sommes au point de basculement d’une nouvelle phase de l’évolution du web : le « Web 3.0 »